Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
UNDR FO

UNDR FO

Union Nationale FO des Personnels des services des Départements et des Régions

Publié le par unpsdr-fo
Publié dans : #9 avril loi el khomri manifestation
Communiqué commun CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL et FIDL
Communiqué commun CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL et FIDL

La puissante journée de grève et manifestations rassemblant plus d’un million de personnes dans 260 villes a démontré la détermination sans faille des étudiant-es, lycéen-nes, salarié-es, privé-es d’emploi et retraité-es à obtenir Ie retrait du projet de loi travail et à conquérir de nouveaux droits sociaux.

Les organisations syndicales CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL et FIDL réaffirment que dans un contexte de hausse du chômage, d’explosion de la précarité et de la pauvreté, ce texte va organiser une régression généralisée des droits, créer un dumping social entre les entreprises d’un même territoire et d’une même branche et aggraver les inégalités entre les salarié-es.

Contrairement à ce qu’affirme le gouvernement, ce projet de loi travail ne créerait en aucun cas les emplois pérennes nécessaires à la relance et à l’investissement.
Le gouvernement doit entendre les milliers d’étudiant-es, de lycéen-nes, de salarié-es, de privé-es d’emploi et de retraité-es mobilisés massivement aujourd’hui dans la rue et dans les entreprises avec de nombreux appels à la grève. II doit entendre tous les citoyen-nes qui s’expriment, 70% de la population estime en effet, qu’il faut retirer le texte, qu’il n’est pas amendable, sa philosophie globale restant inchangée.

Les organisations syndicales signataires affirment une nouvelle fois que les pouvoirs publics doivent garantir le droit à manifester, à se réunir, à s’organiser, tout en assurant la sécurité des manifestant-es.

Elles confirment leur disponibilité pour rencontrer le gouvernement et faire des propositions de droits nouveaux en termes d’emploi, de salaires et pensions, de temps de travail, de protection sociale, de garanties collectives, de conditions de travail, de formation et de droits et libertés syndicales. Des propositions porteuses de progrès social et correspondant à la réalité du travail d’aujourd’hui et de demain.

D’ores et déjà, de nouvelles journées de mobilisation avec grèves et manifestations sont prévues et ce dès le 5 avril à l’initiative des organisations de jeunesse.

Les salarié-es se mobiliseront sous diverses formes, notamment avec l’interpellation des parlementaires.

Le 9 avril, elles appellent à la réussite d’une nouvelle grande journée d’action de grèves et de manifestations.

Si le gouvernement ne répond pas, les organisations syndicales CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, FIDL resteront déterminées à poursuivre et amplifier la mobilisation pour obtenir Ie retrait du projet de loi travail et à conquérir de nouveaux droits sociaux y compris par les manifestations et la grève interprofessionnelle.

Elles décident de se revoir le 6 avril.

Paris, le 31 mars 2016

Voir les commentaires

Publié le par unpsdr-fo
Publié dans : #manifestation 31 mars loi el khomri
1,2 million de manifestants dans toute la France

1,2 million de manifestants dans toute la France

j« Elle m’a dit qu’on avait rendez-vous devant le ballon FO, explique à une amie un jeune manifestant. Mais le problème, c’est qu’il y a plein de ballons FO ». A en croire le flot sortant de la bouche du métro place d’Italie, la mobilisation parisienne contre la réforme du Code du travail a fait le plein. A Bordeaux, 30 000 personnes ont battu le pavé, à Rennes 10 000, à Toulouse 100 000, à Marseille 120 000. Pour Paris, 160 000 personnes. 1,2 million dans toute la France. Partout le nombre de manifestants est deux à trois fois plus important que le 9 mars.

Si le gouvernement ne comprend pas, Il y aura des suites

Qu’est-ce que cela signifie ? « Cela veut dire que le gouvernement devrait ouvrir les yeux et les oreilles, prévient Jean-Claude Mailly, secrétaire général de FO. Le président de la République a été sage hier, en retirant le projet de loi sur la déchéance de nationalité. Il faut qu’il soit sage aujourd’hui aussi en retirant le texte de la loi travail. Si le gouvernement ne comprend pas, cela veut dire qu’il y aura des suites, y compris par la grève. »

Casquettes, écharpes, chasubles et surtout parapluies sont de mise à Paris. Les fédérations Force Ouvrière sont au rendez-vous : transports, commerce, énergie, com, etc. Les UD de toute la région parisienne « Tous ensemble, tous ensemble, ouais, ouais, ouais », « La loi El Khomry, c’est de la C … [à vous de trouver la rime] » mais également « Non au travail le dimanche » ou « Qui sème la misère récolte la colère ».

Ni amendable, ni négociable

« Aujourd’hui, c’est le début de quelque chose », s’exclame Jean-Pierre. Il arrive de Versailles où il travaille pour le ministère de la Culture. « La destruction du code du travail va précéder la destruction des statuts. ». Pour Julie, salariée dans le secteur de l’énergie, c’est l’inquiétude qui domine « Avec les réductions d’effectifs et la centralisation qui se déroulent actuellement dans notre branche, nous avons beaucoup de mal à croire que le dégraissage du code du travail créera de l’emploi. »

Stevan est on ne peut plus clair : « cette loi n’est ni amendable, ni négociable. L’article 1 dit que les droits fondamentaux des salariés seront subsidiaires de l’intérêt de l’entreprise. Le patron devient un seigneur. » Avant d’ajouter qu’avec cette loi, les salariés ne seront plus en République lorsqu’ils franchiront le portail des entreprises.

Un parfum de déjà vu

Devan, enseignant chercheur dans les Yvelines s’est mobilisé parce que la loi travail propose un renversement de la hiérarchie des normes qui explose complètement tous les cadres nationaux. « C’est quelque chose qu’on connaît déjà à l’université. On a déjà subi les lois d’autonomie, avec Valérie Pecresse puis Genevieve Fioraso ». Catherine, enseignante dans le secondaire a le sentiment qu’après les salariés du privé, ce sera au tour des fonctionnaires.

Tous demandent le retrait de la loi, pour à la rigueur, ouvrir de vraies négociations après. Car une réforme du code du travail pourquoi pas mais si, et seulement si, cela se traduit par de réelles avancées sociales pour les salariés.

Voir les commentaires

Publié le par unpsdr-fo
Publié dans : #UNION NATIONALE DES DEPARTEMENT REGIONS FO 31 MARS

Les membres de l'Union Nationale FO des Départements et des Régions défilent ce 31 mars à Strasbourg contre les méfaits de la loi El Khomri.

Les membres du bureau de l'UNDR FO défilent à Strasbourg
Les membres du bureau de l'UNDR FO défilent à Strasbourg
Les membres du bureau de l'UNDR FO défilent à Strasbourg
Les membres du bureau de l'UNDR FO défilent à Strasbourg
Les membres du bureau de l'UNDR FO défilent à Strasbourg
Les membres du bureau de l'UNDR FO défilent à Strasbourg
Les membres du bureau de l'UNDR FO défilent à Strasbourg
Les membres du bureau de l'UNDR FO défilent à Strasbourg

Voir les commentaires

Publié le par unpsdr-fo
Publié dans : #europe 1 mailly loi el khomri
Mailly sur la loi Travail : "La mobilisation n'est pas terminée"

Le secrétaire général de Force ouvrière, Jean-Claude Mailly, a averti sur Europe 1 jeudi soir que la mobilisation contre la loi travail était loin d'être terminée.

"Nous, on ne va pas lâcher." Jean-Claude Mailly, le secrétaire général de Force ouvrière (FO), prévient le gouvernement : la mobilisation ne faiblira pas contre la loi Travail. Il a redit sa détermination au micro d'Europe 1 jeudi soir.

"Nous, on veut le retrait". Alors qu'une nouvelle mobilisation a eu lieu jeudi contre la loi Travail, le secrétaire général de FO répète qu'"il n'y a pas eu de concertation sur ce texte". "Moi, j'avais dit : 'maintenant, on se pose et on met tout sur la table pour discuter'. Ils refusent et bien, nous on veut le retrait", assure-t-il. "Ce n'est pas qu'une addition de mesures spécifiques qui sont dangereuses", poursuit-il, "il y a une logique de fond dans cette loi qui est de transférer le niveau de négociation vers l'entreprise". Et Jean-Claude Mailly de citer les exemples de l'Espagne ou du Portugal "où l'on mesure les dégâts sociaux".

"L'essentiel des problèmes reste". Si le secrétaire général de FO admet que le gouvernement a consenti à "quelques petits reculs", il martèle : "L'essentiel des problèmes reste". "C'est vrai pour les licenciements économiques, c'est vrai pour les accords de maintien et de préservation de l'emploi", insiste-t-il. Jean-Claude Mailly annonce aussi que la future journée de mobilisation, prévue le 31 mars, "sera une journée de très forte mobilisation". "On ne va pas lâcher", avertit le secrétaire général de FO qui est certain : "La mobilisation n'est pas terminée".

Voir les commentaires

Publié le par unpsdr-fo
Publié dans : #loi el khomri 31 mars fonction publique département régions fo
Loi Travail El Khomri :

LES FONCTIONNAIRES N'EN VEULENT PAS NON PLUS ! Tous ensemble, en grève le 31 mars !!!

Cette nouvelle version du projet de loi Travail continue de remettre en cause le Code du Travail, les conventions collectives et accords de branche du secteur privé. Et c'est déjà cette politique qui s'applique dans la Fonction Publique...

Pour en savoir plus, cliquer sur le document téléchargeable ci-dessous.

Des préavis de grève ont été déposés, ils sont disponibles dans l'espace réservé du site de notre fédération , en rubrique "Actualités".

Voir les commentaires

<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 30 > >>