Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
UNDR FO

UNDR FO

Union Nationale FO des Personnels des services des Départements et des Régions

Publié le par unpsdr-fo
Publié dans : #conseil départemental 31 fo dialogue social manifestation
LES CRS EN GUISE DE DIALOGUE SOCIAL AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL 31

⦁ Jeudi 9 avril 2016, l’administration nous informe de la fin de la prise en charge hôtelière des jeunes majeurs et femmes avec enfants de
moins de 3 ans, le tout présenté sous la forme d’un power-point. Cette annonce a été faite sans aucune négociation préalable ni Comité Technique.

⦁ A la question : « qui doit annoncer aux usagers la fin de la prise en charge ou le refus d’admission » ? Il nous est répondu que ce seront nos collègues des maisons des solidarités.

Seuls 3 syndicats FO/CGT/SUD ont appelé à un rassemblement le mardi 12 avril 2016 à 13h dans la cour du Conseil Départemental, les syndicats CFDT et UNSA étant satisfaits comme d’habitude, n’ont pas voulu se joindre au mouvement.

Le droit au Logement (DAL), des Hospitaliers, le 115 « hébergement d’urgence », la Ligue des Droits de l’Homme, le syndicat de la magistrature….nous ont rejoints à ce rassemblement.
⦁ Lundi 11 avril, la direction générale propose qu’une délégation soit reçue mardi 12 avril à 13h. L’Intersyndicale prend note indiquant que le rassemblement ayant lieu à 13h, nous arriverions probablement en retard.

⦁ Le mardi 12 avril dès 8h à l’arrivée au Conseil Départemental, les agents ont constaté que tout était « bunkerisé » ! AUCUN ACCES AU Conseil Départemental 31 N’ETAIT POSSIBLE.

A 13h, nous avons été obligés de nous rassembler sur le parvis du Conseil Départemental, alors que ce rassemblement était prévu dans la cour. À aucun moment l’intersyndicale n’a reçu l’information interdisant ce dernier dans la cour.
Nous nous sommes alors rendus à l’entrée du bâtiment C à la demande de l’administration qui devait nous recevoir. Il était alors 13h20.
A notre arrivée quelle ne fut pas notre surprise de constater que le portail était fermé avec une chaine et un cadenas. On nous a alors indiqué que l’administration et les élus avaient déjà quitté la salle ou nous étions censés avoir rendez vous. Cette attitude a été perçue comme méprisante et provocatrice, la frustration de la foule s’est extériorisée par des huées et des « pressions » sur le portail.
La presse annonce un rassemblement de 600 personnes.

En même temps se tenait une session de l’assemblée départementale qui votait à l’UNANIMITE ce rapport, alors que nous avions tous en notre possession l’arrêt du Conseil d’Etat rendu le 30 mars 2016 concernant la protection de l’enfance en danger. Le Conseil d’État rappelle que : « le département ne peut légalement refuser à une famille avec enfants, l’octroi ou le maintien d’une aide entrant dans le champ de ses compétences », en l’occurrence une aide financière pour permettre un hébergement. Ceci s’applique aussi aux mineurs isolés et jeunes majeurs.
Pourtant, nous ne manquons pas d’experts en tous genres dans notre collectivité, qui, armés eux-aussi, mais d’émoluments plus que confortables, pourraient suivre la législation et en tenir informés l’exécutif, s’ils ne l’avaient pas été ?
Cette décision illégale a donc été votée et pour le faire en toute quiétude, nous avons été encerclés par des CRS prouvant encore une fois la mauvaise foi du soi disant dialogue social.
Personne ne s’est indigné des coups reçus par un jeune ? Sa chemise déchirée est à leurs yeux moins importants que celles de certains cadres il y a quelques mois ?????
Nous verrons si cette délibération devant être soumise au Contrôle de légalité est acceptée. Comment obtenir des services préfectoraux cette « validation » ?

A grand renfort de CRS peut-être ?

Pour conserver et financer ces mesures, l’intersyndicale a proposé de réorienter les subventions que le conseil départemental a prévu d’allouer pour des compétences non obligatoires :
⦁ au nouveau parc des expositions - 45 millions d’euros
⦁ au stade Arnauné - 1.2 millions d’euros
⦁ la rénovation du stadium – 6 millions d’euros

Nous venons de demander au Président un rdv.
Nous vous tiendrons informés de la suite mais la situation est explosive dans notre collectivité.

Commenter cet article